Suite à la chute brutale du Syli national en 8e de finale de la CAN 2019 par les Fennecs d’Algérie dimanche dernier, le ministre des sports a menacé en disant que les leçons vont être tirées et que les responsabilités seront situées. Car selon Sanoussy Bantama Sow, «Tout a été mis à la disposition de l’équipe de Paul Put pour qu’elle continue l’aventure».

Cette sortie du ministre des sports, comme on pouvait s’attendre, est loin de faire l’unanimité. Surtout qu’elle intervient après des révélations faites sur son département d’être budgétivore dans des dépenses injectées pour cette compétition. Rien que pour le premier tour, on parle de plus de 62 milliards de francs guinéens dépensés par le ministère des sports, selon une enquête de nos confrères du site Guinéenews, auprès du ministère du Budget et au ministère des Finances.

De l’avis du député Ousmane Gaoual Diallo, un sportif (joueur) ce n’est pas seulement synonyme d’argent mais qu’il a besoin des conditions d’épanouissements sportifs afin qu’il déploie bien son talent. « Les dirigeants guinéens croient que quand ils donnent 20 mille ou 30 mille dollars à un sportif (joueur), il va mouiller le maillot, non. Il faut lui créer les conditions patriotiques, mentales, d’épanouissements sportifs afin qu’il déploie bien son talent. Parce que si vous le mettez trop la pression ça ne marche pas et en mettant la pression, il faut lui donner un espace de liberté pour pouvoir exprimer son talent. Ce qui est sûr la Guinée n’a jamais été dans une situation de préparer les sportifs (joueurs) gagnants », fait savoir l’ancien sportif dans un entretien accordé à nos confrères de Djigui FM.

Réagissant aux propos du ministre des sports, qui pour fustiger le manque de patriotisme des joueurs dit que toutes les conditions financières ont été créées pour que l’équipe puisse aller loin. L’ancien judoka dénonce ce qu’il appelle du n’importe quoi. « Quand un ministres lui-même paie des billets de 10 mille dollars pour voyager en première classe avec madame et les enfants voir même leur famille où est leur patriotisme ? Vous-même, monsieur le ministre où est votre patriotisme? Il faut que les gens comprennent que quand on parle de l’engagement ou du patriotisme, c’est un état d’esprit », martèle-t-il.

Après cette débâcle du Syli, les supporters de l’équipe nationale en colère dans une vidéo qui fait le buz sur les réseaux sociaux, se déchaînent contre les dirigeants de la Fédération Guinéenne de Football. Ils dénoncent le laisser-aller dans lequel a brillé des joueurs à l’hôtel, devenu une ‘’passoire pour des filles’’ en quête du premier client.

Pour Ousmane Gaoual Diallo, il s’agissait tout simplement du proxénétisme que de la pratique sportive avec la participation du Syli pour la CAN en Egypte.

« Il y avait plein de jeunes filles importées depuis Conakry pour soit disant soutenir l’équipe nationale. C’était plutôt du proxénétisme que de la pratique sportive, c’est incroyable. Quand vous êtes en préparation, vous devriez priver les joueurs de femmes pour augmenter le taux d’adrénaline dans votre corps et augmenter la nervosité et la concentration du sportif que vous êtes. Mais quand vous êtes avec les filles, comment voulez-vous garder un taux de d’adrénaline pour être au top au moment de l’action sportive », d’interroge-t-il.

Il conclut en disant: « Ce sont les amateurs qui sont à la tête des sports. Ils ne connaissent même pas les conséquences que cela fait sur le mental des joueurs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*